En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. J'accepte

Top

Toutes les filières de Bac ont leur chance !

BLOG

Toutes les filières de Bac ont leur chance !

Le Concours Atout+3 est ouvert à tous les profils de bacheliers. Si les bacheliers ES (Economique et Social) sont les plus représentés (plus de 50 % des admis en première année de Bachelor), les scientifiques constituent, eux, près de 30% des effectifs. Les bacheliers littéraires étant nettement plus rares : moins de 5 %. Mais le Bachelor des écoles du Concours Atout+3, c’est aussi 10 à 15 % de titulaires d’un bac STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion), et quelques éléments issus d’autres bacs technologiques, voire professionnels.

Une fois admis, tous ces profils ont autant de chances de réussite dans le cursus.

Voici les témoignages croisés de deux étudiants :

benjaminBenjayvanmin Debus, 19 ans, titulaire d’un bac STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable) obtenu en 2015 (mention AB) et étudiant en deuxième année de Bachelor in International management, spécialité finance, à l’ESC Clermont.

Yvan Medjo Kamdem, 20 ans, titulaire d’un bac STMG obtenu en 2016 (Mention B) et étudiante en première année de Bachelor Affaires internationales à l’EM Strasbourg. 

Pourquoi avoir choisi un Bachelor du Concours Atout+3 ?

B.D. J’ai été séduit par le programme, notamment par le marketing et la comptabilité. La dimension « réseau » de l’école, avec plus de 12 000 diplômés en activité, ainsi que son ouverture internationale, m’ont convaincu de passer le concours, plutôt que de m’orienter vers un BTS ou un DUT, qui n’avaient pas ces atouts.

Y.M.K. A la base, je me destinais plutôt à un BTS Commerce international, mais j’ai décidé de tenter le Concours Atout+3 du fait de la diversité des matières proposées en Bachelor. A l’EM Strasbourg, le marketing et la logistique font partie du cursus dès la première année. Ces programmes Bachelor me paraissaient beaucoup plus vastes et diversifiés que ceux de BTS.

Avez-vous rencontré des difficultés spécifiques, en comparaison avec vos camarades titulaires d’un bac général ?

B.D. Pas vraiment. Les professeurs partent vraiment sur les bases, car tout le monde n’a pas un niveau égal. Par ailleurs, personne n’avait encore fait de marketing ou de droit,  donc nous sommes tous partis sur un pied d’égalité. J’ai seulement dû travailler un peu plus dur que mes camarades issus de ES ou de S pour me mettre à niveau en microéconomie.

Y.M.K. Effectivement, le rythme du premier trimestre de Bachelor était intense et j’ai dû m’accrocher pour réussir, mais je n’ai pas l’impression d’avoir travaillé plus dur que les étudiants de filières plus classiques.

Aviez-vous des points forts du fait de votre profil ?

B.D. Effectivement. Ayant toujours été à l’aise avec les chiffres, je me suis « promené » en comptabilité. Quant à mon expérience en tant qu’ancien président de la Maison du Lycéen, elle m’a bien aidé sur le plan des travaux de groupe en management !

Y.M.K. En marketing, droit et comptabilité, des matières déjà approfondies en section STMG, j’étais très à l’aise par rapport à mes camarades issus de bacs généraux.

Quel bilan tirez-vous de cette première année ?

B.D. J’ai plutôt bien réussi ! Au premier semestre de la 1ème année, j’étais 35ème sur 90 ; le second, 19ème  sur 90 !

Y.M.K. J’avais 12/20 de moyenne au premier trimestre, tout va bien !

Quelles perspectives avez-vous pour l’avenir ?

B.D. – Je pense m’orienter vers une troisième année soit en alternance, soit en filière 100% en anglais, avec possibilité d’un semestre à Cleveland.

Y.M.K. Une fois mon Bachelor en poche, je souhaiterais poursuivre mes études en Programme Master. Mon projet professionnel : travailler dans l’import-export, au Cameroun, (mon pays d’origine) ou dans un pays anglo-saxon.

Quels conseils donneriez-vous aux terminales ou bacheliers en filière technologique et souhaitant poursuivre leurs études dans l’une de nos écoles de commerce ?

B.D. Au Concours Atout+3, tout le monde a sa chance : ce que regarde le jury, ce sont les compétences et le talent de chacun. Il faut vraiment croire en ses qualités et ne pas se fixer de limites : ça n’est pas parce qu’on sort d’une filière techno qu’on est moins bon qu’un autre !

Y.M.K. Il faut suivre son rêve : un bac STMG ouvre beaucoup de portes car c’est un diplôme pluridisciplinaire. Et le programme Bachelor nous correspond beaucoup.

Si comme Yvan et Benjamin, vous souhaitez construire votre avenir dans l’une de nos 9 Grandes Écoles de commerce, inscrivez-vous à la 2e session du Concours Atout+3 dès le 30 janvier 2017.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

c55b01a588bb8143570ed7f7e663dcad000000000000000000