En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. J'accepte

Top

Les épreuves orales Atout+3 : tous nos conseils pour les réussir

BLOG

épreuves orales

Les épreuves orales Atout+3 : tous nos conseils pour les réussir

Vous allez vous rendre dans les écoles du Concours Atout+3 pour passer les épreuves orales entre le 1er avril et le 9 mai 2017 ! Comment bien les préparer ? Comment en tirer le meilleur ? Nous vous disons tout, pour vous aider à intégrer l’école de votre choix.

épreuves oralesLes épreuves orales au Concours Atout+3

Un calendrier étalé sur plus d’un mois

Les épreuves orales constituent le second volet du Concours Atout+3. Cette année, la phase d’admissibilité a été supprimée : tous les candidats inscrits passent donc les oraux dans la foulée des écrits.

La plage d’oraux s’étend sur plus d’un mois, du 1er avril au 9 mai. Les oraux sont constitués de deux épreuves :

  • un entretien en anglais, commun à toutes les écoles ;
  • un entretien de motivation spécifique par établissement, à passer dans chacune des écoles choisies.

épreuves orales

Les résultats seront comptabilisés dans chacune des écoles sélectionnées, à hauteur du coefficient affecté à l’épreuve. Dans tous les cas, les oraux comptent pour 50 % de la note finale au Concours Atout+3.

> Consulter la méthodologie des oraux.

L’entretien de motivation : une épreuve décisive, visant à sélectionner des personnalités complètes

Les oraux constituent un bloc d’épreuves complémentaires aux écrits. Si ces derniers visent à mesurer le niveau académique (connaissances, méthodologie) du candidat, les tests de motivation servent quant à eux à vérifier la compatibilité de son profil avec celui de l’école. Il s’agit de mieux connaître le candidat, si possible en sortant des sentiers battus. « Nous recherchons des personnalités, pas des clones ! », pointe Hélène Meliand, Responsable promotion et jury d’entretien à Burgundy School of Business (Dijon).

Une préparation indispensable

Même s’il n’y a pas de « programme » à réviser à proprement parler, les oraux se travaillent en amont. Objectif : éviter au maximum toute déstabilisation le jour J.

Quelques pistes de réflexion :

  1.  « Mettez à profit le remplissage du modèle de CV qui vous a été remis en vue de la préparation de l’entretien pour cerner votre personnalité sur le plan extra-scolaire », conseille Hélène Meliand. L’occasion de réfléchir, en amont, à certaines questions fréquentes : quels sont vos qualités et vos défauts ? Pourquoi souhaitez-vous faire une école de commerce ? Qu’attendez-vous de votre vie professionnelle ?, etc.
  2. A partir de là, préparez une introduction visant à vous présenter, de la manière la plus attractive possible.
    Parlez de votre cursus scolaire, en mettant en valeur sa cohérence, notamment au regard de votre projet professionnel. Vous n’en avez encore qu’une idée très vague ? Pas de panique. « Les jurys sont très conscients que vous sortez, pour la plupart, du bac, sourit Hélène Meliand. Ce qui compte, c’est la cohérence de votre cursus, ainsi que l’adéquation entre votre profil et les qualités que nous recherchons : curiosité, ambition, ouverture aux autres, intérêt pour l’international, investissement, rigueur, faculté d’adaptation, dynamisme, autonomie… ».
    Parlez aussi de vos éventuelles expériences, professionnelles (stages, alternance, jobs d’été…) ou associatives, en mettant l’accent sur leurs apports divers sur votre parcours. Évoquez aussi vos passions et hobbies, toujours en ciblant sur la manière dont ils ont enrichi votre personnalité et élargi votre horizon.
    Expliquez aussi pourquoi vous avez choisi de vous orienter vers une école de commerce, et spécifiquement vers celle où vous passez les oraux, en vous appuyant sur un aspect spécifique de l’offre de l’école (double diplôme, alternance, cursus anglophone…). Vous pouvez aussi aborder avec profit votre envie de vous engager dans telle ou telle association existante. Bref, montrez que vous savez où vous mettez les pieds, en épluchant au préalable la brochure de l’école et, dans l’idéal, en échangeant avec des étudiants de l’école en amont de l’entretien. Renseignez-vous aussi sur la ville de localisation de l’établissement : cela prouvera votre curiosité intellectuelle et votre esprit d’anticipation.
  3. Relisez votre CV et épluchez-en chaque terme, en listant toutes les questions susceptibles de vous être posées, afin d’être prêt à détailler et à argumenter chaque point le plus précisément possible.
  4. Tenez-vous soigneusement au courant de l’actualité, en particulier les nouvelles économiques, sociales, politiques ou internationales.
  5. Le cas échéant, sollicitez l’un de vos amis pour une simulation d’entretien. Un moyen précieux de se tester, sur la forme comme sur le fond.

Lors de l’entretien, sachez vous démarquer !

Les entretiens de motivation durent 20 minutes, dont 3 à 5 maxi dédiés à la présentation du candidat. Le reste est constitué de questions-réponses avec le jury, sur la base du CV renseigné par le candidat. « Ce document est utile pour aider le jury à faire connaissance avec celui-ci, pendant qu’il se présente, et lui sert ensuite de base pour rebondir », précise Hélène Meliand.

Soignez votre communication non-verbale

Privilégiez un look soigné et plutôt passe-partout. « Le jour de l’entretien, on attend de vous un comportement professionnel, commente Hélène Meliand. Si le costume-cravate n’est pas obligatoire, les baskets sont déconseillées pour les garçons, au profit d’une tenue pantalon-chemise. Pour les filles, jupes trop courtes ou décolletés plongeants sont à proscrire, ainsi que les bijoux trop bruyants et le maquillage trop prononcé. En bref, il ne faut pas que le look du candidat détache le jury de l’attention qu’il doit porter à sa personnalité et à son projet. »

Évitez les tics physiques (jouer avec ses cheveux, se tordre les mains, se balancer…) et les erreurs de langage. Soignez votre diction.

Adoptez une posture ouverte : bras et jambes non croisés, mains sorties des poches…

Ayez un regard franc et direct, ne regardez pas vos pieds. Adressez-vous à l’ensemble du jury, sauf exception.

Restez souriant, humble et courtois en toutes circonstances.

Vendez-vous !

Évitez les généralités et, encore une fois, soyez prêt à développer et à argumenter tout ce que vous avancez. Exemple : si vous dites aimer le cinéma, vous devez pouvoir citer des films qui vous ont marqué, et savoir dire pourquoi. « Inutile d’aborder un voyage ou une expérience vécue une fois dans la petite enfance, si elle est inexploitable aujourd’hui », résume Hélène Meliand.

Laissez, dans la mesure du possible, votre stress à l’entrée de la salle. « Les jurys ne sont pas là pour vous piéger, mais au contraire, pour vous laisser votre chance de vous montrer sous votre meilleur jour », assure Hélène Meliand.

Pour évaluer votre curiosité et votre capacité à improviser, le jury peut vous inviter à lui poser une question en fin d’entretien. « On peut demander aux membres leur activité ou leur parcours professionnel, ou s’enquérir de précisions sur tel ou tel aspect de l’école », suggère Hélène Meliand.

Bons oraux à toutes et à tous !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

9e1bc1baed40f73538a22107684ed336MMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM