En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. J'accepte

Top

Bachelor : le diplôme qui monte !

BLOG

Bachelor : le diplôme qui monte !

Le Bachelor est un diplômé visé à bac+3 par le Ministère de Education nationale et proposé par les 9 écoles du Concours Atout+3. Choisir d’intégrer un Programme Bachelor, c’est s’orienter vers une formation académique de haut niveau, mais également très axée vers l’entreprise et permettant à chacun de profiter de 3 ans pour construire son projet professionnel. Suivez le guide !

 

maxime_vantorre_bachelor

Le Bachelor, un cursus en trois ans formant des middle managers

Diplôme visé au niveau bac+3 par le Ministère de l’Education nationale, le Bachelor est en plein essor au sein des formations en commerce. C’est le cursus proposé par l’ensemble des 9 écoles du Concours Atout+3. « Ce format permet de former des middle managers, un profil de plus en plus reconnu et recherché par les entreprises, explique Jean-Christophe Cattane, Directeur du Programme Bachelor de Burgundy School of Business (ex-ESC Dijon). Il permet en effet de contourner deux écueils. D’un côté, les formations de niveau bac+2 qui ne sont pas reconnues au niveau international et apparaissent souvent insuffisantes aux entreprises. De l’autre, nombre de ces entreprises n’ont pas forcément les moyens de se payer un diplômé de niveau bac+5. »

Un haut niveau académique

Les Bachelors des écoles du Concours Atout +3 ont tous un positionnement très généraliste. « Un impératif pour former des jeunes qui seront amenés à changer fréquemment d’activité professionnelle, de secteur, de fonction et de zone géographique », pointe Jean-Christophe Cattane. Les étudiants sont initiés à tous les aspects du fonctionnement d’une entreprise, au travers d’enseignements aussi divers que le marketing commercial, la communication, la vente, la gestion, la finance, les ressources humaines…

En parallèle, un fort accent est mis sur le développement de leur curiosité et de leur culture générale, via des cours d’économie, de géopolitique ou de langues. « La dimension internationale est forte dans ces cursus, souligne Jean-Christophe Cattane. En plus de l’anglais (pour lequel certaines écoles proposent des cycles 100 % en immersion linguistique), les étudiants pratiquent une deuxième, voire une troisième langue vivante (chinois, japonais, russe…). Nos enseignants sont souvent des internationaux, et une bonne partie des promotions est constituée d’étudiants étrangers. Par ailleurs, les étudiants ont la possibilité de s’expatrier, un semestre ou une année entière, pour aller obtenir un double diplôme au sein de l’une de nos universités partenaires, sur les cinq continents. »

Une professionnalisation importante

« L’intégration en entreprise » est encouragée tout au long du cursus, en particulier via des stages. « Nous visons la responsabilisation de nos étudiants, précise Jean-Christophe Cattane. Nous leur donnons les clés, s’ils le souhaitent, pour les accompagner dans leur recherche de stage, mais la démarche doit venir d’eux. Même logique pour ce qui est de l’alternance, en plein boom également au sein de nos écoles, notamment en 3ème année de Bachelor. » Un choix intéressant financièrement, les études étant financées par l’entreprise d’accueil, et qui permet à ceux qui ne souhaitent pas poursuivre leurs études une fois leur diplôme en poche de se professionnaliser, pour une entrée plus rapide sur le marché du travail. Selon les écoles, cette formule concerne 10 à 50 % des effectifs.

La culture du développement personnel

Troisième qualité cultivée dans les cursus Bachelor des écoles du Concours Atout+3 : le « savoir-faire », visant à développer la capacité de ces jeunes, à moyen terme, à encadrer des équipes. La pédagogie s’appuie, sur de nombreux travaux de groupe, favorisant l’apprentissage par projets. Sans oublier le savoir-être : comment apprendre à travailler en groupe, à se comporter en entreprise ? « En tant que pédagogues, nous nous attachons à leur inculquer les valeurs de travail, de solidarité, de partage et de respect mutuel, déclare Jean-Christophe Cattane. Ce qui passe aussi par leur implication dans des missions humanitaires et dans les nombreuses associations à but non lucratif présentes sur nos campus (une trentaine à Dijon, par exemple).

Un cursus ouvrant indifféremment à l’entrée dans la vie active ou à la poursuite d’études

Après le Bachelor, la dominante est la poursuite d’études en Master, et notamment en Programme Grande Ecole. C’est le cas aujourd’hui de plus des trois quart des étudiants des écoles du Concours Atout+3. « Un chiffre en progression constante : en France, le schéma traditionnel du bac+5 a le vent en poupe, et nous insufflons à nos étudiants le goût de continuer, note Jean-Christophe Cattane. Mais ceux qui choisissent d’entrer dans la vie active s’y insèrent très bien également. C’est ce double niveau de débouché qui fait aussi le succès du Bachelor. »

 

Paroles d’anciens…

Baptiste Guillemette, 23 ans, diplômé en 2016 du Bachelor Management International à l’EM Normandie et actuellement en poursuite d’études, en alternance, au sein du Master 1 du Programme Grande Ecole de l’établissement.

« Une scolarité très riche et enrichissante, une base solide pour réussir en Master. »

atout3-bachelor« Après un bac S décroché en 2012, je m’étais d’abord orienté vers la fac de médecine. J’ai choisi de me réorienter vers un Bachelor pour avoir en poche un diplôme de niveau bac+3 directement opérationnel sur le marché du travail, tout en conservant la possibilité d’enchaîner sur un Master.

Je garde le souvenir d’une scolarité très intense et enrichissante. Dès la première année, tout en découvrant les bases théoriques de l’entreprise, nous sommes plongés dans le concret, via des travaux et des projets de groupe. La 2ème année a été celle d’une expatriation d’un an, dans le cadre d’Erasmus : pour ma part, j’ai choisi un échange universitaire à Riga, en Lettonie. J’en suis revenu avec une ouverture d’esprit accrue, du fait de la forte internationalisation du campus, mais aussi quasiment bilingue en anglais, langue dans laquelle étaient dispensés les cours. En 3ème année, nous avions le choix entre trois options : logistique, business international ou tourisme. J’ai choisi la deuxième filière. Au cours de cette dernière année, j’ai notamment travaillé sur un projet d’implantation en Asie des produits d’Isigny Sainte-Mère, une coopérative locale fabricant du lait en poudre. Un travail de groupe, main dans la main avec des étudiants internationaux. Parallèlement à mes cours, j’ai occupé les fonctions de membre actif, puis de Président, du BDE Bachelor. Des fonctions qui m’ont appris à manager une équipe et à déléguer.

A la sortie du Bachelor, j’ai choisi de poursuivre mes études au sein du Programme Master de l’EM Normandie, via le Concours Passerelle 2. Un choix de précaution au vu de la conjoncture actuelle, et qui a aussi été celui de toute ma promotion. Je souhaitais aussi financer ma scolarité et acquérir le maximum d’expérience professionnelle. C’est pourquoi je me suis tourné vers l’alternance. Grâce à un groupe Facebook d’entraide entre étudiants de l’école, j’ai décroché un contrat de deux ans au sein de Sidel, une entreprise du groupe Tetra Pak, chargée de la commercialisation de machine souffleuses de bouteilles. Mon rythme d’alternance, plutôt soutenu, est de trois semaines en entreprise et d’une semaine à l’école. Je suis davantage considéré comme un collaborateur que comme un étudiant : au bout de quatre mois, j’ai déjà des responsabilités : je vais ainsi être chargé de la clôture comptable. Ma scolarité est prise en charge par l’entreprise et, cerise sur le gâteau, je touche le SMIC ! Une fois mon diplôme en poche, je me verrais bien voyager.  Mais si Sidel me propose un CDI, je pense que je ne dirais pas non ! »

 

Sophie Schloesser, 22 ans, diplômée en 2015 du cursus Bachelor de l’EM Strasbourg et aujourd’hui chef de produit junior chez Colin.

« Je dois mon embauche au haut niveau de professionnalisationet d’internationalisation du Bachelor. »

atout3-diplome-bachelor« J’ai passé un bac ES en 2012. Je souhaitais un diplôme qui me permette de voyager et qui soit plus concret qu’une prépa. J’ai passé le Concours Atout+3 pour intégrer l’EM Strasbourg, une école située près de chez moi. J’ai trouvé très intéressante cette formation en trois ans, incluant sept mois de stage. Un cursus placé sous le signe de l’internationalisation, vers l’Allemagne en ce qui me concerne. Dès la première année, j’ai effectué un séjour linguistique à Berlin, puis je suis partie, toute ma 3ème année, à Dortmund. Une parenthèse passionnante, d’où je suis revenue bilingue et dotée d’une ouverture d’esprit non négligeable. En 2ème année, la majorité des cours se déroulaient en anglais. J’ai apprécié le programme très large et très général du Bachelor, qui nous a permis de toucher à plein de domaines différents (compta, marketing, pub, finances, techniques de commercialisation….) et de choisir à notre rythme ce qui nous correspondait le mieux. Par ailleurs, notre équipe pédagogique comptait beaucoup de professionnels en exercice, qui nous faisaient profiter de leur expérience au quotidien : c’était très formateur.

Au terme de mes trois ans d’école, j’ai effectué un stage de sept mois au sein du service marketing du groupe Colin (industrie agroalimentaire). Stage au terme duquel je me suis vue proposer un CDI ! Une opportunité que je dois à la professionnalisation apportée par ma scolarité, mais aussi à son côté international. Aujourd’hui, je suis chef de produit junior. Je gère le site internet du groupe, je m’occupe des packagings, des brochures, des salons professionnels… D’ores et déjà, je sais que mon poste et mon salaire sont amenés à évoluer rapidement. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

949913c5ab7f7e5daaf71925567023b6'''''''''''''''''